Missions prioritaires de l’État – Absence de revalorisation indemnitaire pour les IPCSR et DPCSR

Pour faire suite à sa lettre relative à la revalorisation indemnitaire au profit des agents de la filière administrative (voir édito du 4 mars) dans laquelle le ministre de l’Intérieur souligne l’implication des attachés et des secrétaires administratifs qui œuvrent sur des missions essentielles et prioritaires de l’État, le SANEER écrit au ministre.

Dans sa lettre, le SANEER fait part des interrogations et du sentiment des inspecteurs et des délégués quant à leurs missions qui ne semblent plus être essentielles aux yeux du ministre de l’Intérieur, ministre en charge de la sécurité routière.

L’objectif « Réduire la mortalité sur les routes », auquel l’éducation routière et l’examen du permis de conduire contribuent, est pourtant inscrit au baromètre des résultats de l’action publique et est considéré comme mission prioritaire de l’État.

Le premier examen de France en nombre de candidats, le permis de conduire, passeport pour l’emploi en particulier pour la jeunesse, n’est-il plus une mission essentielle et prioritaire ?

Le SANEER attend du Ministre qu’il clarifie et éventuellement rassure les agents de notre filière. De plus, notre syndicat souligne l’attente forte de reconnaissance des agents qui, eux non plus, n’ont pas démérité dans leur implication au service et au plus près des usagers. Au plus fort de la crise sanitaire, ils n’ont, ni bénéficié du télétravail pour les IPCSR, ni de la prime COVID, quant aux DPCSR, ils sont, entre autres, mobilisés pour la réussite de la réforme relative à l’attribution nominative des places d’examen, RdvPermis.

Une fois de plus les IPCSR et DPCSR sont bien mal récompensés de leur investissement, et bien mal considérés par leur ministère  !

Christophe NAUWELAERS

Lettre du 7 mars au ministre de l’Intérieur :